Jeudi 17 janvier 2019
Emploi Social Education Santé Environnement | Guyane

Le « droit au remords » : de quoi s’agit-il ?

https://www.guyaweb.com/actualites/news/sciences-et-environnement/le-dr…

Eléments d'explication sur cette disposition incluse dans le protocole de sortie de crise signé ce mercredi 16 janvier au Centre Hospitalier de Kourou (Guyaweb du 16/01/2019). " Il s’agit d’un droit donné exclusivement aux agents non médicaux regrettant d’avoir accepté au 1er janvier 2018 un contrat de droit public et préférant rétroactivement un licenciement avec indemnités" selon le communiqué de presse diffusé mercredi par la direction du Centre Hospitalier de Kourou (CHK). Il est précisé que "le choix de revenir sur le transfert de contrat du CMCK au CHK entrainera la perte de la possibilité d’intégration directe dans les statuts de la Fonction publique hospitalière. La mise en œuvre de ce « droit de remords » sera formalisée dans un protocole transactionnel signé par l’agent concerné et la Direction du CHK. Les agents intéressés par cette disposition devront en avoir fait la demande expresse d’ici le 18 mai 2019". Ce "droit au remords" , qui ne faisait pas partie des revendications des agents grévistes du CHK défendus par l'Union des Travailleurs Guyanais (UTG), a été proposé par la direction du Centre Hospitalier de Kourou au cours des négociations. Selon les précisions apportées à Guyaweb par le secrétaire général de l'UTG-CHK, Denis Zéro, ce droit au remords concerne la totalité des salariés, soit quelque « 196 » agents non médicaux. Néanmoins selon lui, seuls « 4 à 6 agents » qui sont proches de « la retraite » ou qui ont « un autre projet » prétendront à ce droit au remords prévu par le protocole de sortie de crise mettant fin à la grève. Pour rappel, le reclassement des salariés dans la fonction publique hospitalière est toujours à l’ordre du jour.
© 2018 Guyaweb