Mercredi 7 avril 2021
Football | Nationales

Bleues: Elisa De Almeida, tout feu tout flegme

Membre à 23 ans de la nouvelle génération de l'équipe de France de football, la Montpelliéraine Elisa De Almeida apporte à la défense des Bleues une "fraîcheur" remarquée et un tempérament infatigable sur le terrain, qui tranche avec sa timidité dans la vie.
Avant de défier l'Angleterre en amical à Caen vendredi (21h10), Elisa De Almeida a retrouvé le centre d'entraînement des Bleues à Clairefontaine (Yvelines) pour la cinquième fois de la saison.
Cinq rassemblements d'affilée sans en rater un seul, six titularisations en huit matches, et même trois buts inscrits au compteur... Les statistiques sont dignes d'une Wendie Renard, la référence de la défense centrale française depuis de nombreuses années.
Mais De Almeida refuse de considérer sa place dans l'équipe de Corinne Diacre comme acquise, un an et demi après sa première sélection et à un peu plus d'un an de l'Euro-2022.
"Incontournable ? Loin de là. Je me sens super bien ici, j'ai tout pour que ça se passe le mieux possible. Mais je suis encore là à observer, j'ai beaucoup à apprendre", affirme-t-elle à l'AFP de sa voix enjouée.
- "A maturité" -
La native de Châtenay-Malabry, dans les Hauts-de-Seine, n'a en effet pas la précocité de Marie-Antoinette Katoto ou Grace Geyoro, deux Parisiennes avec qui elle a soulevé le titre de championne d'Europe des moins de 19 ans en 2016.
Mais à force de patience, celle qui a joué dans les équipes de garçons d'Epinay-sur-Orge jusqu'à l'adolescence, a su rattraper le train qui lui était destiné, en tapant dans l'oeil de la sélectionneuse Corinne Diacre.
"Je pense qu'Elisa arrive à maturité chez les seniors. Le palier entre les moins de 20 ans et les A est quand même assez grand, et il faut parfois un an, deux ans, voire trois, pour arriver à maturité", expliquait la technicienne en février. "Elisa a bénéficié d'absences sur blessure (de la défenseure Griedge Mbock ou de sa coéquipière de Montpellier Marion Torrent, notamment), mais elle a fait de très, très bonnes performances quand on a fait appel à elle. Petit à petit, elle s'installe, elle apporte sa fraîcheur."
Gilles Eyquem, le sélectionneur de l'équipe de France des moins de 20 ans, se souvient aussi d'une joueuse qui avait mis quelques mois à s'imposer dans cette catégorie.
- "Discrète, timide, réservée" -
"On trouvait qu'elle se contentait de peu, on avait l'impression qu'elle manquait un peu d'ambition, mais je pense que cela a très vite changé par la suite", se remémore l'entraîneur, qui évoque "une jeune fille souriante mais très timide, renfermée et un peu renfrognée dans la défaite".
"Mais elle a fini par trouver sa place, notamment grâce aux quelques joueuses avec qui elle était très liée et qui ont contribué à son épanouissement. Surtout Marie Katoto: elles s'entendaient parfaitement", reprend le coach, impressionné par la capacité de la footballeuse à "répéter les efforts" sur la pelouse.
Cette timidité, Elisa De Almeida l'a toujours gardée dans un coin de sa personnalité. "Je suis peut-être un peu moins timide qu'avant, mais ça fait partie de moi", glisse la longiligne défenseure, fan de Cristiano Ronaldo.
"Il y a l'Elisa sur le terrain et l'Elisa en dehors. En dehors, je suis vachement plus discrète, timide, réservée. Mais sur le terrain, par contre, c'est tout le contraire. C'est dans ma mentalité de ne jamais rien lâcher", analyse la joueuse arrivée à Montpellier en 2019, après des débuts professionnels au club de Juvisy, devenu ensuite Paris FC.
"Ne jamais rien lâcher": De Almeida a mis sa devise à contribution l'an dernier, lorsqu'une fracture à un pied a brisé son élan. Entre cette blessure et le confinement, elle aura passé huit mois sans le moindre match officiel.
"Je déteste vraiment être éloignée des terrains, que ce soit un jour, deux jours ou une semaine. Donc forcément, j'ai pris un coup", se rappelle-t-elle. "Mais je garde le positif de cette expérience qui m'a permis de grandir." Un an plus tard, c'est avec les Bleues qu'Elisa De Almeida continue de grandir.

© 2021 AFP