Jeudi 22 septembre 2022
Sport | Nationales

Bleus: Mbappé, patron tout-terrain, en haut de l'affiche

Au bord du précipice en Ligue des nations, les Bleus ont remis les clés à Kylian Mbappé pour forcer le verrou de l'Autriche (2-0), jeudi à Saint-Denis où l'attaquant star du Paris SG a brillé, trois jours après son bras de fer gagné sur le droit à l'image.
Le buteur supersonique des champions du monde a mis la gomme pour fendre le mur autrichien d'une percée puissante et rapide, conclue par une frappe de mule salvatrice (56e, 1-0).
Tout sourire, le Bondynois de 23 ans a harangué la foule du Stade de France, adressé une dédicace à son passeur Olivier Giroud et mimé un photographe en train d'immortaliser ce moment de grâce, bercé par les vivats de ses supporters.
"Kyky" n'est jamais aussi meilleur que quand il est attendu, et il l'était à plus d'un titre, jeudi.
Les Autrichiens avaient tenté de bâtir un plan anti-Mbappé pour museler leur bourreau du match aller, quand il était sorti du banc pour éviter la défaite (1-1).
"Il est essentiel de lui laisser le moins de ballons possible", a pointé mercredi le sélectionneur allemand Ralf Rangwick. "Ce n'est pas un secret qu'il est un joueur-clé, avec d'énormes qualités. Quand il est dans un bon jour, c'est presque impossible de défendre contre lui", a ajouté le capitaine David Alaba.
Mbappé était dans un bon jour, jeudi, et il l'a montré dès la deuxième minute avec un but, annulé pour un hors jeu. Il a mis ses adversaires aux supplices suite à des accélérations dévastatrices, mais n'a pas tout réussi à l'image de son dribble manqué à la 26e, ou de sa frappe dévissée à la 91e, mais on l'a vu courir partout et tenté, beaucoup.
Mbappé a l'habitude de crever l'écran par ses performances majuscules, ses statistiques de géant (39 buts et 21 passes décisives avec le PSG la saison dernière) et son poids en dehors des terrains de football.
- Bras de fer -
En annonçant lundi son refus de participer à une séance photo avec les partenaires de la Fédération à Clairefontaine, par le biais d'un communiqué transmis à l'AFP, le champion du monde 2018 a provoqué des secousses et obtenu ce qu'il voulait: la révision, "dans les plus brefs délais" selon la FFF, de la convention sur le droit collectif à l'image des Bleus, dont il conteste certains aspects.
Le joueur avait lui-même expliqué fin mai qu'il voulait "un droit de regard sur (son) nom et ce à quoi il est associé", assurant vouloir "gérer" sa carrière "comme (il) l'entend, avec (ses) valeurs".
C'est une "demande simple, logique et légitime", l'a appuyé mercredi le vice-capitaine Raphaël Varane, affichant une unité qui n'était pas encore apparente sur le sujet jusqu'à présent.
La célébration "appareil photo" de Mbappé était un clin d'oeil appuyé à ce bras de fer déjà en partie gagné par le Parisien et ses conseillers, frustré depuis de longs mois par l'immobilisme de la Fédération.
Du haut de ses 23 ans, l'ancien Monégasque a renforcé à travers cet épisode son statut de cadre incontournable, dans la lignée de la place grandissante voire dominante prise dans le vestiaire parisien.
Son début de saison sur les chapeaux de roue est de bon augure pour le sélectionneur Didier Deschamps, submergé par un flot de blessés à deux mois de la Coupe du monde au Qatar.
Avec le PSG, Mbappé a déjà inscrit dix buts en neuf matches, toutes compétitions confondues. La saison dernière, son bilan chez les Bleus a atteint... dix buts en neuf matches.
Jeudi, la nouvelle réalisation face aux Autrichiens a propulsé "KM" dans le top-10 des meilleurs buteurs de l'histoire des Bleus: ses 28 buts le placent à la hauteur de Youri Djorkaeff. Encore deux et il rejoindra ses illustres aînés Just Fontaine et Jean-Pierre Papin. Mbappé n'a pas fini de décrocher les cadres.

© 2022 AFP